Comprendre
la candidature clunisienne

La liste "Cluny et les Sites clunisiens" qui sera présentée à l'inscription au Patrimoine Mondial de l'Humanité de l'UNESCO relève de la catégorie des biens en série transnationaux. Kézaco ?

Les initiateurs de la Convention du patrimoine mondial avaient proposé à nos sociétés de se reconnaître dans des unicums, phares de la civilisation. Ils peuvent être des biens culturels (monuments, villes, paysages culturels, tradition), des biens naturels (parcs naturels, réserves, îles) ou des biens mixtes.

Citons à titre d'exemple, pour les biens culturels, la cathédrale d'Amiens, en France, ou la ville historique de Tolède, en Espagne.

Quarante années plus tard, la conception du patrimoine a évolué en même temps que la société qui souhaite voir reconnus des ensembles : ce sont les biens en série.

Ces derniers incluent deux ou plusieurs éléments constitutifs reliés entre eux par des liens clairement définis : liens culturels, sociaux ou fonctionnels dans le temps, qui génèrent, le cas échéant, une connectivité au niveau du paysage, de l’écologie, de l’évolution ou de l’habitat. Chaque élément constitutif doit contribuer à la Valeur Universelle Exceptionnelle du bien dans son ensemble.

Lorsque ces biens se situent sur le territoire d’Etats-parties différents -n’ayant pas nécessairement de frontières contigües-, on parle de bien en série transnational.

C'est dans cette catégorie que s'inscrira la liste Cluny et les Sites clunisiens.